Lieu

01.12.19
20:00
>
23:00
 
 

(Deutsch folgt)

Lecture scénique en français et allemand présentée par le Réseau des Autrices Francophones à Berlin, avec Agnès Guipont et Delphine de Stoutz, et la participation de Jonathan Bratoëff.

Après un premier événement à Lettrétage en juin dernier, D’après elles #1, ce collectif berlinois nouvellement fondé vous invite à une nouvelle plongée dans la littérature francophone.

La soirée s’articule autour de 2 ouvrages poétiques qui se répondent, convergent ou se contredisent: Sonnets de Louise Labé (1555) et J’aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble de Claire Audhuy (2017).

Au coeur de ces textes, l’amour heureux et malheureux, la perte, la mort de soi ou de l’autre. Mais aussi une langue qui sonne somptueusement, aussi bien dans le vers libre qu’au travers de la forme ciselée du sonnet.

Agnès Guipont présente ici des fragments de son projet Labo (r) Labé: un travail à la croisée de la poésie, de la musique et de l’art sonore, sur les 24 Sonnets d’amour de Louise Labé. Plus encore que de faire revivre ces poèmes à la fois subtils, complexes et fulgurants, l’objectif affiché de Labo (r) Labé est de les rendre accessibles, „palpables“, à tous ceux.celles que la poésie intimide ou qui ne la lisent pas. Elle est accompagnée par Jonathan Bratoëff, guitariste.

Delphine de Stoutz lui répond avec les poèmes de Claire Audhuy tirés du recueil J’aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble. Comme elle « ne sait pas parler à la poussière », la poétesse fait de la mort l’essence même du vivant. Tour à tour femme-oiseau, garde-manger, fiancée éternelle, tricheuse émérite, sablier, encre pour la plume, absente, main, forêt, les poèmes s’allongent ou tentent de disparaître au fur et à mesure du temps qui passe du vivre à deux au vivre seul.

Dialogue entre deux poétesses, entre les siècles, mais avant tout de soi à soi. Une parenthèse sonore, un moment intime, une respiration.

—————————————————————-

Das Netzwerk Französischsprachiger Autorinnen in Berlin präsentiert seine zweite literarische Veranstaltung bei Lettrétage, nach dem Erfolg von D’après elles # 1 im letzten Juni.

Das frisch gegründete Kollektiv lädt dieses Mal zum lyrischen Dialog ein: Die Sonette von Louise Labé (1555) begegnen J’aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble von Claire Audhuy (2017).

Liebe, Verlust und Tod liegen im Zentrum dieser Werken sowie eine prächtige Sprache, ob im freien Vers oder im Zehnsilbler der Renaissance.

Agnès Guipont wird Fragmente aus ihrem Projekt Labo (r) Labé vorspielen, das sich an der Schnittstelle von Lyrik, Musik, Klangkunst und Performance bewegt. Seit über einem Jahr arbeitet sie an der Vertonung der 24 Sonnette von Louise Labé. Mit dem Ziel, dieses komplexe, subtile und phänomenale Werk zugänglich zu machen, für alle, die wenig oder gar keine Lyrik lesen.

Delphine de Stoutz wird ihr mit Texten von Claire Audhuy antworten, aus dem Gedichtkreis J’aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble. Weil sie „zu dem Staub nicht sprechen kann“, lässt die Lyrikerin den Tod zum Essenz des Lebenden werden. Und schlüpft selber in die Gedichte rein, als Vogelfrau, Speisekammer, ewige Verlobte, begabte Betrügerin, Sanduhr, Tinte für die Feder, Abwesende, Hand, Wald… Die Gedichte werden länger und länger oder versuchen plötzlich zu verschwinden, sobald das Zuzweit-Leben zum Alleinleben wird.

Dialog zwischen 2 Lyrikerinnen, zwischen den Jahrhunderten, aber vor allem von sich mit sich selber. Eine akustische Klammer, ein intimer Moment, eine Atmung…

—————-

Eintritt / entrée : 5 € Erm. 3€

—————-
Plus d’informations sur https://www.lettretage.de/programm/aktuelles-programm/?event_id1=9376

Facebooktwitterlinkedin